Sextoboulot
Image: iStock

Sexto au boulot...oui ou non?

par Anaïs Zufferey

8 AVRIL 2018

Job & Budget

Recevoir un message coquin, c'est aujourd'hui chose courante même sur son lieu de travail. Flirt ou harcèlement? Voici trois scénarios différenciant ce qui est acceptable et ce qui ne l'est pas.

Le printemps est arrivé. Avec lui, revient l'envie de papillonner... même au bureau! La pratique est pour ainsi dire banale puisque, selon un sondage du site Monster réalisé en 2010, 30% des personnes en couple ont rencontré leur partenaire dans le cadre professionnel.

Cet aspect ne doit pas en faire oublier un autre. «25 à 85% des femmes sont harcelées sur leur lieu de travail». Melinda Gates a dénoncé ce phénomène au dernier Forum économique de Davos. L'épouse de Bill Gates mène son combat à travers la Bill & Melinda Gate Foundation, une fondation luttant notamment contre les discriminations.

La limite entre le flirt et le harcèlement est parfois difficile à définir. On peut apprécier d'être draguée, même maladroitement par un mec. Et se sentir agressée par un gros lourd, qui ne comprend pas que «Non, c'est non!» ou qu'on ne réponde pas à son sexto parce qu'il ne nous plaît pas.

A la rédaction, cette question nous passionne. Nous avons donc échafaudé trois scénarios incluant la réception d'une photo coquine pour déterminer si chaque situation était acceptable ou pas.

Oui

1. Le collègue me plaît

C'est le coup de foudre avec lui. Homme de ma vie ou crush d'un soir, je reçois des messages sexy et des photos hot, qui me donne envie de faire l'amour avec lui. Comme notre attirance est mutuelle, tout va bien dans le meilleur des mondes. Et hop, je lui envoie une pic de moi essayant ce nouveau soutien-gorge, qui me fait une poitrine sublime.


2. Le collègue me plaît moyennement

Je ne m'y attendais pas. Comme ça, sans crier gare, le type m'a envoyé deux photos: une de son torse et l'autre de ses fesses. D'habitude, nos messages se bornaient à des questions professionnelles. Il s'est excusé platement en disant que je n'étais pas la destinataire. Je lui laisse le bénéfice du doute. Au passage, je remarque qu'il est bien gaulé.

Non

3. Le collègue me déplaît

Je reçois le cliché obscène d'un boulet. Je peux en parler à un autre collègue, à mon responsable, à mon directeur ou aux ressources humaines. Si cela n'est pas possible, des associations contre le harcèlement au travail existe, comme la Maison de la femme à Lausanne ou le Bureau de l'égalité.

Lire aussi

On te suggère aussi...

As-tu aimé cet article?

  • :(
  • J'adore! no Data :(
  • Hahaha! no Data :(
  • Wouah! no Data :(
  • Triste no Data :(
  • En colère no Data :(
  • J'adore!
  • Hahaha!
  • Wouah!
  • Triste
  • En colère